lundi 5 janvier 2015

Immobilier : pourquoi c'est le moment d'acheter ?


Immobilier-bon-moment-pour-acheter


Depuis septembre, on ne cesse d’entendre que c’est le moment d’acheter.
Taux de crédit, prix de vente, bonnes affaires,... tous les experts assurent que l'ensemble des indicateurs sont au vert. Le dernier en date, la baisse des prix. Et oui encore, mais pas uniquement.
Zoom sur les (bonnes) raisons d’investir dans l’immobilier en ce moment :


  • Des taux exceptionnellement bas
L’année dernière, les taux de crédits se situaient aux alentours de 3,40 % en fonction du nombre d’années d’emprunt. Déjà exceptionnels à l’époque, ils sont aujourd’hui historiquement bas puisqu’ils tournent autour de 2,70 % en moyenne selon l’étude de Meilleurstaux.com. Et les taux de crédits poursuivent leur décrue selon le baromètre du courtier en ligne. Sur 15 ans, ils se négocient à 2,44% contre 2,60% en septembre 2014 enregistrant une baisse de 0,15% alors que sur 20 ans, ils se situent à 2,70 contre 2,90% (-0,20%) en octobre 2014. Sur 25 ans, le taux d’emprunt est à 3,04% alors qu’il s’établissait à 3,30% en septembre soit une baisse de 0,25%. « Ainsi, si nous comparons les taux par rapport au mois de septembre 2013, un taux moyen sur 20 ans se négociait autour de 3,30 %, période où nous pensions d'ailleurs déjà avoir atteint le plancher des taux bas ! », déclare-t-on chez Meilleurtaux.com. « Concrètement, pour un emprunt de 200 000 euros sur 20 ans, la mensualité en septembre 2013 s'élevait à 1 139 € pour un coût du crédit de 73 473 € ! En seulement un an, pour un même emprunt, la mensualité a diminué à 1 079€ pour un coût du crédit de 59 056 € ! Soit une économie de 60 euros par mois et près de 15 000 euros sur le coût total des intérêts », se félicite le courtier en ligne.

Autre bonne nouvelle, la Banque Centrale Européenne (BCE) va maintenir ses taux directeurs, ceux-là même qui permettent aux taux des particuliers de rester aussi bas.

  • Viens le temps des négociations à la baisse
Devenir propriétaire, ce n’est pas sceller son destin à vie. Tous ceux qui ont acheté il y a un an voire plus sont dans une phase active de renégociation de leur emprunt. Compte tenu de la baisse des taux, ils ont ainsi réalisé de belles économies. A titre d’exemple, un emprunteur qui avait conclu un crédit immobilier sur 20 ans en 2008 payait 1350 euros de mensualités. Après renégociation de son crédit, s’il maintient le montant de ses mensualités, il aura soldé la totalité de son emprunt deux ans plus tôt, et aura ainsi, économisé 34.130 euros.

  • Les acheteurs en position de force
Les négociations à la baisse s’effectuent également sur le prix d’achat d’un bien immobilier. La crise avait ralenti le rythme des acquisitions et les biens restaient en agence plus longtemps avant de trouver acquéreur. Pour vendre leur bien immobilier, les propriétaires baissaient leur prix. Malgré tout, certains logements peinaient à se vendre. Ce sont bien-là que les futurs accédants gagnent à proposer un prix plus bas qu’affiché pour remporter la vente. Les acheteurs sont en position de force quand le stock de biens s’étoffe, que les biens sont à rénover ou qu’il s’agit d’une résidence secondaire, un secteur qui affiche des prix réellement cassés. Selon les villes, les demandes d’achats pour une résidence principales sont d’ailleurs en hausse. Bordeaux est la ville qui séduit le plus et reçoit 24% de demandes supplémentaires par rapport à l’an dernier, suivie de Lille (+22%) et Strasbourg (+20%). 

  • Profiter des abattements fiscaux
Le gouvernement veut doper le secteur immobilier et celui du logement neuf en particulier. En achetant un bien neuf pour le louer, le particulier peut bénéficier du dispositif Pinel et réduire ainsi ses impôts de 12%, 18% ou 21% en fonction de la durée de location choisie (6, 9, 12 ans).


1 commentaire:

  1. Je me rends compte vraiment que le moment est vraiment idéal pour acheter ou louer un appartement, une maison. Je vais attendre un peu le mois prochain et je vais me laisser tenter ! primo le prix est en baisse, secundo les impôts sont réduits si on en loue un neuf. Et tercio, les négociations peuvent se faire. Il n’y a de quoi hésiter. Maintenant je ne suis plus reticent.

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires sur le Blog Belvia Immobilier