mardi 30 décembre 2014

Marché Immobilier : perspectives 2015


Quelles sont les perspectives d'évolution du marché immobilier sur 2015 ?

Perspectives-marche-immobilier-2015

Après une année 2014 en demi-teinte pour le marché de l'immobilier en France, voici un aperçu des perspectives et tendances à venir sur l'année 2015.


 


Pressé, mouliné, essoré, le secteur de l’immobilier est celui qui a le plus souffert de la crise économique et qui a subit des nombreuses modifications législatives ces deux dernières années. Mais avec le plan de relance de l’immobilier et les mesures fiscales qui ont été mises sur la table depuis fin août, l’embellie "immobilière" pourrait voir le jour en 2015. Néanmoins, sous certaines conditions que Belvia Immobilier vous précise dans cet article. 


  • Que faut-il retenir de 2014 ? 
L’année 2014 a été celle du ralentissement sinon de la stagnation avec une baisse en volume des ventes, des délais de transactions plus longs, des prix à la baisse, y compris dans les zones très tendues comme Paris où la courbe fléchit de façon progressive. 

  • L’immobilier aurait-il perdu de son attractivité ?
Les notaires de France estiment que tout tient à « un équilibre entre les facteurs favorables et défavorables qui réussissent à maintenir à un niveau bas l’activité immobilière, mais sans autoriser de franche reprise de ventes ni provoquer, à l’inverse, des corrections sévères des prix. »


  • Quels sont les indices pour 2015 ?
Les valeurs positives se situent essentiellement autour du facteur « prix ». Qu’il s’agisse du prix de vente comme des taux de crédit, historiquement bas, mais aussi des assurances emprunteurs, les futurs acquéreurs peuvent désormais faire des économies substantielles sur presque tous les postes d’achat obligatoires.
En 2015, comme cela a été le cas en 2014, les acquéreurs se poseront en position de force. Moins nombreux sur le marché que les années précédentes, ils prendront leur temps pour trouver le bien immobilier recherché et surtout négocieront les prix… quitte à rester sur le pas de la porte et reporter leur décision d’achat.
Néanmoins, et ce malgré les annonces de taxes sur les résidences secondaires notamment, les Français voient toujours dans l’immobilier une valeur refuge pour assurer ses vieux jours ou pour investir par exemple dans le locatif.
Les valeurs négatives, elles, ne changent pas. En 2015, les ménages pâtiront encore d’un environnement économique en berne qui ne leur offre pas des perspectives réjouissantes. Car, même si les prix baissent, leur capacité de financement n’a pas évolué d’autant que les banques ne suivent pas.
Les notaires de France pensent que les points négatifs se situent sur « les anticipations d’une stagnation au mieux, et plus souvent de baisses des prix, rendent la demande frileuse. Les nouvelles réglementations découragent les investisseurs immobiliers dans le neuf comme dans l’ancien. Enfin, la complexité nouvelle du processus d’achat liée à la loi ALUR allonge les délais de réalisation des ventes et décourage certains acquéreurs. »


  • Des effets de leviers bénéfiques en 2015 ?
Pour apporter de l’air et stimuler le marché de l’immobilier, le gouvernement a usé de la fiscalité pour soutenir l’investissement et libérer du foncier. Un plan de relance qui a été validé par l’Assemblée Nationale jeudi 18 décembre.
Pour soutenir la construction et le logement neuf, de fait, résorber la demande de logements dans les zones tendues et très tendues, le gouvernement a mis sur la table plusieurs outils fiscaux dont des abattements pouvant aller jusqu’à 100 0000 euros dans le cadre, par exemple d’une donation de terrain avant le 31 décembre 2015 ou encore pour une donation de logements neufs réalisés jusqu’à la fin de l’année 2016.
Pour l’accès à la propriété de ménages modeste, le gouvernement a ouvert le Prêt à taux zéro aux acquisitions dans l’ancien et a réduit la TVA à 5,5% dans certaines zones.
L’investissement locatif - et c’est l’un des postes les plus stratégiques puisqu’agissant autant sur l’offre de logements neufs que dans l’ancien comme sur la mise à disposition de logements vacants- va bénéficier lui aussi du dispositif fiscal pour rassurer les investisseurs. Ainsi, ils pourront choisir de s’engager sur 6, 9 ou 12 ans et pourront bénéficier de l’avantage fiscal du dispositif pour les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) qui réalisent des investissements locatifs sera aligné sur celui des particuliers.
Ils pourront également, pour les investissements réalisés à partir du 1er janvier 2015, louer un logement à son ascendant ou son descendant, dans un foyer fiscal séparé.


1 commentaire:

  1. Avec le dispositif Pinel et les avantages fiscaux qu’il propose, les investisseurs devraient être plus nombreux à miser dans le neuf. Il faut aussi noter que le neuf permet de disposer d’un cadre construit suivant les normes d’aujourd’hui. Mais malgré ces avantages, on ne peut nier que le pouvoir d’achat des ménages n’évolue pas et que même avec des taux d’intérêts très bas, ils ont encore du mal à concrétiser leurs projets immobiliers.

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires sur le Blog Belvia Immobilier